L’avant-bras ostéo-articulaire

 

Commander cet ouvrage
Commander cet ouvrage

La Prono-Supination

Actualités thérapeutiques

6èmes Rencontres de l’I.M.M.

Sous la direction de Yves Allieu

Les avancées médicales scientifiques et l’évaluation à long terme des résultats de certaines interventions chirurgicales nous permettent, maintenant, de prendre comme sujet pour les 6èmes Rencontres de l’I.M.M. : « l’avant-bras ostéo-articulaire. La Prono-Supination. Actualités Thérapeutiques. »

- La prono-supination (PS) est un mouvement complexe qui ne met pas seulement en jeu les deux articulations radio-ulnaires proximale et distale (RUP et RUD) mais tout l’avant-bras, formant une entité anatomo-fonctionnelle avec sa membrane interosseuse (MIO) objet de travaux récents lui faisant mériter le nom d’articulation radio-ulnaire moyenne (RUM).

 

- Les remarquables progrès de l’imagerie médicale et de l’impression 3D simplifient fiablement la correction, autrefois techniquement difficile, des cals vicieux des 2 os de l’avant-bras.

- La RUD est complexe. Son atteinte, lors des fréquentes fractures du radius distal pose les problèmes de restitution de la PS les plus souvent rencontrés. Leur solution nécessite un diagnostic anatomo-pathologique précis. Le diagnostic précis et le traitement des lésions de la RUD ne sauraient se passer actuellement des apports de l’arthroscopie.

- Les troubles de la PS dus à une atteinte de la RUP ou de la RUD peuvent être corrigés par une « mutilation chirurgicale » du cadre antébrachial : résection de la tête radiale, résection de l’extrémité inférieure de l’ulna (intervention de Darrach), ou intervention de Sauvé-Kapandji. Les résultats cliniques de ces interventions sont le plus souvent bons. Elles entrainent cependant une altération du cadre ostéo-articulaire antébrachial : ascension, certes millimétrique mais parfois plus importante de l’extrémité supérieure du radius après résection de la tête radiale, convergence du moignon ulnaire vers le radius et conflit radio-ulnaire après intervention de Darrach ou de Sauvé-Kapandji. Comment éviter ces complications ? Condamnent-elles toujours ces opérations classiques dont les résultats cliniques sont le plus souvent fiables ?

- Le syndrome d’Essex Lopresti, cumulant lésions des 2 articulations radio-ulnaires et atteinte de la MIO est la forme la plus grave d’altération du cadre ostéo-articulaire antébrachial avec instabilité transversale et longitudinale. Son traitement reste très aléatoire vu la nécessité, mais aussi les difficultés non résolues, de reconstruire la MIO.

- La chirurgie prothétique de la RUD (prothèse « Eclypse » prothèse APTIS), dernière née des arthroplasties prothétiques peut actuellement faire état de bons résultats. Il reste cependant à en préciser les indications, en particulier dans le traitement du poignet rhumatoïde.

 Découvrir quelques pages de l’ouvrage

Cals vicieux et synostose acquis des 2 os de l’avant-bras

Cal vicieux complexe du CAB

Lésions ostéo-articulaires au coude – Tumeur maligne