Le Doppler en obstétrique

 

Commander cet ouvrage
Commander cet ouvrage

Technique et applications

 

Le doppler est devenu un « outil » indispensable pour le diagnostic et le pronostic de nombreuses pathologies en médecine foetale.

Une équipe de praticiens rompus à l’imagerie et à la gestion des pathologies foetales vous propose un nouvel ouvrage simple, abondamment illustré, abordant les aspects techniques et cliniques de la pratique du doppler au cours de la grossesse.

Cet ouvrage pratique s’adresse aussi bien aux échographistes débutants ou chevronnés qu’aux spécialistes de médecine foetale.

En espérant vous aider à mieux intégrer l’utilisation de l’ « outil » Doppler dans votre pratique quotidienne.

Nous vous souhaitons une bonne lecture…

 

 

 

 

Introduction de Yves Ville

Il n’y a pas d’examen échographique qui vaille sans une étude Doppler.

 

L’effet Doppler doit son nom au physicien autrichien Christian Doppler [1]. Il est donc sans doute approprié d’écrire ce mot avec une majuscule et au singulier, y compris lorsque l’on parle de l’effet ou d’un examen du même nom. En 1958, le Doppler continu (un cristal émettant et recevant en continu des ultrasons) permit l’étude de la circulation sanguine dans les vaisseaux et le premier Doppler pulsé (émission de l’ultrason en discontinu et fenêtre d’écoute temporelle fixée, permettant d’analyser la vitesse du sang à une profondeur définie) a été introduit à la fin des années 60. Dès cette période le Doppler fait son apparition pendant la grossesse pour affirmer la viabilité d’une grossesse, son évolutivité, le diagnostic de grossesse multiple et la localisation placentaire, et même la présence d’un circulaire du cordon [2, 3, 4]…
L’utilisation du Doppler foetal va alors vivre vingt années de développement extraordinaire en confirmant toutes les hypothèses faites dès les premières heures [5, 6] et ce jusqu’à la fin des années 80. Dès le début des années 70, Rudolph et Kleinmann avaient déjà anticipé de l’intérêt de la technique dans l’appréciation de la fonction myocardique et de la rythmologie foetales et avaient modélisé les phénomènes de redistribution des flux veineux à travers le canal d’Arantius et la centralisation de l’oxygène vers le cerveau foetal [7, 8]. Parmi les équipes les plus dynamiques il faut remarquer celles des pays d’Europe du Nord et des Etats-Unis [9] mais aussi, et depuis le tout début, la pertinence des travaux de Léandre Pourcelot et de son équipe [3, 10]. Ceux-ci ont posé les bases des corrélations entre les circulations utéro-placentaire [11, 12] et foeto-placentaire et l’état d’oxygénation et de bien-être du foetus. C’est l ‘équipe du King’s College au début des années 80 ainsi que l’école hollandaise de Wladimiroff et Arabin qui ont validé cliniquement la corrélation objective des mesures Doppler avec la progression de l’hypoxie foetale et sa compensation par l’effet de redistribution cérébrale en clinique humaine [13, 14, 15]. Le deuxième grand progrès dans l’utilisation du Doppler en clinique humaine a été l’utilisation des vitesses systoliques maximales dans l’artère cérébrale moyenne pour anticiper et prendre en charge l’anémie foetale et ses conséquences quelque soit son origine [16, 17]. Outre son intérêt vélocimétrique dans l’exploration du bien être foetal, une des premières utilisations du Doppler comme technique d’imagerie de structures vasculaires en particulier cérébrales foetales a été suggéré par Couture dès la fin de cet âge d’or du Doppler foetal [18].

 

A la fin des années 80 la rapidité et l’abondance de cette créativité tous azimuts dans l’utilisation du Doppler avaient laissé un gap important dans la diffusion de la technique, son appropriation par les praticiens et par les constructeurs. Les progrès ont donc fait place au scepticisme avec des centaines d’études de faisabilité et de reproductibilité. A la fin des années 90 est venu le temps de la validation de l’outil, parfois intelligemment comme dans la prise en charge de l’anémie [17] ou des grossesses à haut risque [19] en reconnaissant une diminution de mortalité de 60% chez ces foetus fragiles lorsque l’évaluation Doppler est prise en compte. Cependant l’utilisation systématique du Doppler lors de tout examen échographique foetal se heurte encore à l’absence de preuve d’une sacro-sainte diminution de la mortalité périnatale par l’adjonction de cette exploration [20]. Alors même que tout échographiste dispose maintenant sur sa machine d’un Doppler pulsé, il est bien archaïque et irréaliste de camper sur cette position conservatrice et même régressive.
En dépit du ralentissement des progrès faits dans ce domaine, le Doppler utérin au premier trimestre va probablement profondément changer notre capacité de prédire et de prévenir la survenue des prééclampsies sévères [21], les Doppler veineux foetaux vont confirmer leur rôle fondamental dans la décision d’extraction des foetus hypoxiques [22] et les champs d’application de l’étude des Doppler tissulaires [23], de l’élastographie [24] et de la fusion d’imagerie Doppler et IRM [25] restent grands ouverts à l’intelligence des investigateurs d’aujourd’hui et de demain.

Liste des auteurs : Jean-Philippe Bault Coordinateur

Jean-Philippe Bault, Guillaume Benoist, Christian Bisch, Claire Colmant, Alain Couture, Jean-Michel Faure, Florent Fuchs, Anne Larroque-Desvigne, Edwin Quarello, Thibault Quibel, Laurent J. Salomon, Marie-Victoire Senat, Yves Ville.

Sommaire 

 

Exemples d’utilisation du Doppler dans la cartographie cérébrale foetale

 

circulation artérielle cérébrale foetale
circulation artérielle cérébrale foetale

Origine du système artériel cérébral. Imagerie Doppler HD à 22 Sa et correspondance en angio IRM de l’enfant (cliché Dr F. Gaspar). Les artères cérébrales antérieures (1) et cérébrales moyennes (2) naissent des carotides (3) et donnent les artères péricalleuse (4) et callosomarginale (5). Les artères cérébrales postérieures (6) naissent des artères vertébrales (7) après leur union en tronc basilaire (8).

 

Découvrir quelques pages de l’ouvrage

 

Sélection d’ouvrages de Jean-Philippe Bault

 

Voir la fiche de l'ouvrage
Voir la fiche de l’ouvrage
Voir la fiche de l'ouvrage
Voir la fiche de l’ouvrage
Voir la fiche de l'ouvrage
Voir la fiche de l’ouvrage