Critique de presse ouvrage Dr Boustani « L’essentiel en cardiologie »

 Dans la revue « L’Orient-Le Jour » du 29/02.12, dans  la rubrique santé.

Article de Carole Dagher/mardi, février 28, 2012.

Livre des éditions Sauramps Médical:

L’Essentiel en Cardiologie

« Le Dr François Boustani publie son deuxième livre aus éditions Sauramps Médical. Il est jumelé au site Internet www.cardiologie-francophone.com.François Boustani, cardiologue franco-libanais exerçant en région parisienne, vient de publier une somme médicale d’une portée pratique indéniable: L’essentiel en cardiologie, aux éditions Sauramps Médical.

 C’est le deuxième ouvrage de ce médecin pour qui science et culture vont de pair, et qui se passionne aussi bien pour l’histoire, avec un grand H, que pour les techniques multimédias, puisqu’il a développé un site Internet consacré à la cardiologie francophone. Quelques années auparavant, le Dr Boustani avait signé un brillant essai, la circulation du sang. Entre Orient et Occident, l’histoire d’une découverte (Editions Philippe Rey, 2007), retraçant des siècles de tâtonnements et de transmissions du savoir entre la Grèce antique, le monde arabo-musulman et la chrétienté latine d’Occident, jusqu’à la naissance de la cardiologie moderne. Aujourd’hui, il produit un véritable traité de cardiologie dont l’objectif déclaré est de permettre aux cardiologues, chirurgiens vasculaires, médecins généralistes s’intéressant à la pathologie cardio-vasculaire et aux étudiants en médecine de suivre les progrès techniques d’évaluation et des thérapeutiques des affections cardio-vasculaires

Préfacé par le professeur Jean Acar, ancien chef de service de cardiologie à l’hôpital Tenon, spécialiste reconnu des valvulopathies, fondateur du groupe valvulaire de la Société française de cardiologie, L’essentiel en cardiologie pourrait vite devenir un ouvrage de référence grâce à son concept novateur. Le livre est en effet jumelé au site Internet www.cardiologie-francophone.com (nom d’utilisateur: cardiologie, mot de passe: francophone) que le Dr Boustani a créé et developpé depuis 1999, et qu’il a enrichi de vidéoconférences et des recommandations de l’ESC (Société européenne de cardiologie) traduites en français, à sa propre demande, par le Dr Elie Arié. Ainsi, les chapitres du livre renvoient à des visioconférences présentées par des experts reconnus, ainsi qu’à des documents ou liens utiles pour la pratique.Le Dr Boustani a en effet enrichi le site d’une médiathèque importante, voire unique, comportant 80 films témoignant des grandes avancées techniques en cardiologie, ainsi que des conférences médicales sous formet audio ou vidéo. Cette complémentarité avec le site internet ajoute à la richesse du livre et permet de publier régulièrement des mises à jour, en faisant référence aux chapitres correspondants. Comme le souligne le professeur Acar, « l’originalité de l’ouvrage de François Boustani est d’exposer, pour chaque chapitre de la pathologie cardio-vasculaire, les points litigieux et les recommandations récentes des sociétés savantes ou d’experts reconnus sur les conduites à tenir ». Et surtout, comme le précise le Dr Boustani à l’adresse de l’Orient-Le Jour, le livre se propose d’être rapidement exploitable par un cardiologue, en cours de consultation. Face à un doute ou à une interrogation, il permet de vérifier en peu de temps le support théorique qui sous-tend la pratique: les conduites à tenir, les mesures à effectuer, les valeurs-seuils recommandées par les sociétés savantes, les arbres décisionnels à suivre, les examens  complémentaires à demander, les facteurs de gravité à rechercher dans chaque pathologie…L’architecture de l’ouvrage a été conçue pour permettre de trouver rapidement le sujet  recherché, ce qui permet d’optimiser et de sécuriser l’exercice au cabinet. La lecture est rendue agréable grâce notamment à des illustrations réalisées par un jeune dessinateur installé à Beyrouth, Ricardo Tohmé. Ce travail de quatre ans (cumulé à l’exercice de la profession de cardiologue) a été facilité par la coopération de plusieurs confrères, que l’auteur remercie nommément en début d’ouvrage. L’occasion pour lui de saluer « la générosité et la grandeur d’une élite médicale française remarquable, prête à se mobiliser de façon désintéressée », en partageant son temps et ses conférences, quitte à prendre le risque de voir certains internautes puiser largement dans les textes mis « on line ». Cette reconnaissance de François Boustani envers ses pairs explique aussi que son livre soit dédié à « ma rencontre avec la France », au travers des professeurs et médecins ayant marqué sa formation médicale. Parmi ces grands noms de la cardiologie se  trouve le professeur Jean Acar, fondateur de l’Association franco-libanaise de cardiologie, dont le Dr Boustani est membre.

Langue française et science

A coté de son aspect pratique, le livre illustre l’engagement francophone de l’auteur, qui ne cache pas son amour pour la France, sa culture et son savoir. D’où sa volonté de participer à la promotion d’une science forcément humaniste, tout en étant à la pointe de la technologie. « Ce livre est né d’un besoin, celui des médecins et des praticiens de connaître les récentes évolutions, innovations et recommandations en matière de cardiologie, explique le Dr Boustani. Or la place du français est en train de se réduire comme peau de chagrin dans le domaine de la formation médicale continue et dans le domaine de la cardiologie en particulier. Des textes aussi importants pour la pratique que les recommandations de l’ESC sont rédigés en anglais avec la participation de grands spécialistes français  et ne sont pas traduits en français. Pourtant un nombre négligeable de cardiologues et de médecins français ne maîtrisent pas l’anglais et , de ce fait, n’ont pas accès à ces textes fondamentaux pour maintenir la qualité des soins. C’est la raison pour laquelle j’ai pris l’initiative de faire  traduire et de publier sur ce site les dernières recommandations de l’ESC datées de septembre 2011 et de reprendre dans le livre l’essentiel des recommandations publiées au cours des années précédentes. » Et le Dr Boustani d’ajouter: « Il existe un réel besoin pour une formation médicale continue et un enseignement de la médecine sur Internet en français, comme en témoigne le nombre important de courriers et de messages que je reçois de la part de médecins, cardiologues et étudiants en médecine de l’espace francophone ». Déplorant le net recul du français dans le domaine médical et en particulier dans la spécialité qui est la sienne, la cardiologue franco-libanais mentionne les « Journées européennes de la Société française de cardiologie » auxquelles il participe et qui se déroulent annuellement à la Porte Maillot, avec 8000 à 12000 participants. »Même là, les diapositives sont en anglais », relève-t-il. Si l’ouverture au monde se traduit nécessairement par l’usage de l’anglais, le prix à payer ne risque-t-il pas d’être lourd?Le Dr François Boustani résume en une phrase-clé tout l’enjeu actuel: « Il est important pour une langue de ne pas perdre sa science, sinon elle est condamnée à court terme. »